Les accessoires

Dans la malle aux souvenirs, Jenny Lind va trouver les bulletins de notes d’Andersen. Nous avons fait du faux vieux papier et je me suis amusée à écrire de faux bulletins à la plume. Les commentaires des professeurs sont humiliants, comme on pouvait imaginer qu’ils l’étaient à cette époque et peut-être même il n’ y a pas si longtemps… Mais tout ceci est du pur fake bien sûr!!

Nous avons reçu les cubes : Jenny les trouve également dans la malle, ce sont les cubes d’enfants d’Hans Christian. Il va s’en servir pour « expliquer » la dyslexie au public. Nous allons faire des lettres en stickers à coller dessus. Ils sont de très bonne qualité, on les a commandé en Allemagne à l’entreprise Tischler : c’est pas pour faire de la pub mais le monsieur était vraiment sympa (et moi j’aime bien quand on est sympa!)

Le costume

Andersen est mort le 4 août 1875. Le personnage de Jenny Lind doit donc porter une robe à tournure qui était à la mode dans les années 1870. J’ai commandé les patrons pour le haut (TV400) et la jupe (TV208) chez Truly victorian : les patrons sont top, par contre, c’est en anglais. Il faut donc faire de la traduction avant de faire la couture! Il y a aussi un groupe Facebook autour de ces patrons, avec des dames très sympas qui répondent toujours présentes pour vous donner le bon conseil lorsque vous êtes dans le désarroi.

Pour le moment, je n’ai fait qu’un modèle, avec du tissus que j’avais (la robe ne sera pas rouge à pois blancs) pour le haut. En effet, la jupe devrait être plus facile à réaliser. Ces corsages ajustés méritent qu’on étudie ça de plus près et qu’on les ajuste à sa propre taille (petite pour moi!)

La marionnette

Nous avons hésité… Faire la marionnette nous même ou la faire fabriquer? Finalement, nous avons choisi d’essayer. Par envie!

Voici donc les étapes de la construction. Nous avons suivi les instructions d’ Adam Kreutiger qui sont enthousiasmantes et assez claires.Nous avons du faire plusieurs essais, l’étape la plus délicate étant l’intérieur de la bouche : il faut un tissus un peu extensible pour faire l’intérieur et ne pas hésiter à adapter le patron pour que ça tende bien. Ensuite, il faut bien garder à l’esprit que c’est du « fait main », ce n’est ni parfait, ni parfaitement symétrique!

La chevelure est réalisée au crochet. En plus d’imiter des bouclettes, c’est un clin d’ œil au précédent spectacle Catarina Barba Fina!

 

Le décor

Voici le décor que j’avais imaginé il y a quelques mois…

Et le voilà aujourd’hui!! Bon euh… C’est pas tout à fait terminé!! Nous avons déniché le bureau et les chaises dans une brocante (au Moulin de la Mie à Saint Priest sous Aixe). Ils sont de style Louis XVI, mais visiblement au milieu du XIXè siècle, on mélangeait allègrement les styles de toutes les époques : cela m’arrange, le style Louis XVI est mon préféré!

Ils seront recouverts du même tissu que la robe (taffetas bleu) : c’est l’Atelier 24 qui va faire le boulot!

 

La compagnie Léonie Tricote

La compagnie Léonie Tricote voit le jour en avril 2013 à l’occasion de la création du spectacle C’est fleur bleue : c’est une commande la médiathèque de Panazol, un spectacle pour les tout-petits de 9 mois à 6 ans autour des chansons de Charles Trenet.

Pour la maternelle de Château Chervix

Depuis sa création C’est fleur bleue a été représenté 50 fois, principalement pour les crèches et les relais assistantes maternelles du territoire limousin et des départements limitrophes. Ce spectacle remporte à chaque fois l’adhésion de son public grâce à sa thématique – l’émancipation de l’enfant avec l’acquisition de la marche qui lui permet de découvrir le monde et de l’expérimenter – et grâce à son interactivité avec le public grand et petit. De plus, sa qualité de théâtre « de poche » lui permet d’être joué quasiment partout à un coût abordable pour les structures telles que RAM ou crèches.

Créé en février 2016, Catarina Barba Fina est un spectacle plus ambitieux : plus de décors, de personnages, des pop ups … Il l’est aussi par la langue choisie puisqu’il est intégralement en occitan. Destiné au 2-8 ans, il est construit autour de comptines dont il explore les qualités ludiques et magiques ; racontant l’histoire d’une femme qui se replonge dans son enfance, il est intergénérationnel par essence. Depuis sa création, ce spectacle a été représenté 32 fois.

Catarina Barba Fina – tarifs

Selon si vous disposez d’une salle équipée ou non, selon votre éloignement, le tarif du spectacle peut varier. Aussi, n’hésitez pas à nous contacter pour nous demander un devis.

Pour cela, vous pouvez vous adresser à Bertrand Mougeot de l’association Limouzart Productions qui gère tout le côté administratif de la compagnie.

Bertrand Mougeot, tel: 05 87 75 72 63, limouzart@gmail.com


Attention, le nombre maximal de spectateurs (enfants + adultes) est de 70 par représentation, ceci afin de garantir la qualité du spectacle. Si vous pensez dépasser cette jauge, choisissez de donner 2 représentations ou plus : le tarif est dégressif.

retour_accueil